Conte arabe

Publié le par Movaniel

Il y a quelques années, quand on m'avait fait lire cette histoire, elle m'avait laissé de marbre. Je suppose que c'est une histoire traditionnelle.

Aujourd'hui elle me parle intimement. Mes aventures allemandes se passent sous le signe de la morale de ce conte. Merci à la bergère qui me l'a fait connaître.

___________


Conte arabe

 

 

Il était une fois, un vieil homme, assis près d'une oasis à l'entrée d'une ville du Moyen-Orient. Un jeune homme s'approcha et lui demanda :

« - Je ne suis jamais venu ici. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?

Le vieil homme lui répondit par une question :

- Comment étaient les gens dans la ville d'où tu viens ?

- Égoïstes et méchants, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'étais bien content de partir.

- Tu trouveras les mêmes ici, lui répondit le vieil homme. »

 

Un peu plus tard, un autre jeune homme s'approcha et lui posa la même question :

« - Je viens d'arriver dans la région. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?

Le vieil homme lui répondit de même :

- Dis-moi mon garçon, comment étaient les gens dans la ville d'où tu viens ?

- Ils étaient bons, accueillants et honnêtes. J'y avais de nombreux amis et j'ai eu beaucoup de mal à les quitter.

- Tu trouveras les mêmes ici. »

Un marchand qui faisait boire ses chameaux, avait entendu les deux conversations. Dès que le second jeune homme s'éloigna, il s'adressa au vieillard sur un ton de reproche :

« - Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux personnes ?

- Mon fils, dit le vieil homme, chacun porte son univers dans son coeur. D'où qu'il vienne, celui qui n'a rien trouvé de bon partout où il est passé, ne trouvera rien de bon ici non plus. Par contre, celui qui avait des amis dans l'autre ville, trouvera ici aussi, des amis loyaux et fidèles.

Car vois-tu, les gens sont vis-à-vis de nous ce que nous trouvons en eux. »

Publié dans Textes d'auteurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lueur 25/08/2009 15:09

Joli conte, on reconnait bien la philosophie arabe.Lueur