Jean Ferrat négationniste ?

Publié le par Mako

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41Z3NCZRQPL._SL500_AA240_.jpg
Passionné de chanson française, j'ai tappé "Jean Ferrat" dans un moteur de recherche.
Je suis tombé sur un site qui avait l'air sérieux et documenté (http://www.jean-ferrat.com/). Mais sur la première page j'ai lu écrit en rouge "Nuit et brouillard est-il négationniste ?"
J'ai été choqué par le titre, connaissant l'engagement de Ferrat comme compagnon de route du PCF pendant de longues années. Connaissant aussi son histoire personnelle et ses origines juives : son père a payé de sa personne le génocide instigué par l'Allemagne.
"Nuit et brouillard" c'est le nom d'une chanson célèbre de Ferrat portant le même nom que l'opération menée par les nazis.
Afin de me rafraîchir les idées j'entre sur Wikipédia "nuit et brouillard". Je trouve (je fais une copie de l'introduction car les articles de Wikipédia changent régulièrement) :

"Les directives sur la poursuite pour infractions contre le Reich ou contre les forces d’occupation dans les territoires occupés (Richtlinien für die Verfolgung von Straftaten gegen das Reich oder die Besatzungsmacht in den besetzten Gebieten) sont un décret du 7 décembre 1941 signé par le maréchal Wilhelm Keitel et ordonnant la déportation pour tous les ennemis ou opposants du Reich, dans le cadre de dispositions dites « Nuit et brouillard » (en allemand Nacht und Nebel, ou NN).

 

En application de ce décret, toutes les personnes représentant un danger pour la sécurité de l'armée allemande (saboteurs, résistants) seraient transférées en Allemagne et disparaîtraient dans le secret absolu."

 

Voici maintenant le texte trouvé sur le site consacré à Ferrat :

 

"Nouvelles d’Arménie magazine

Janvier 2005

 

Extrait de l’interview de Meir Weintrater

Rédacteur en chef de la revue l’Arche

 

… « Je vais vous donner un exemple qui m’a frappé. La chanson « Nuit et brouillard », décrit les victimes des gens qui sont dans des « wagons plombés » et dit :

 

« Ils s’appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel,

Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vishnou

D’autres ne priaient pas mais qu’importe le ciel

Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux ».

 

Les deux derniers vers évoquent les résistants, essentiellement les résistants communistes, puisque c’était la mouvance à laquelle appartenait Jean Ferrat. Dans les deux premiers vers, Natacha fait référence à l’Union Soviétique, Jean-Pierre, on comprend aussi. Le seul moment où l’identité juive apparaît est dans Samuel et Jéhovah. Quant à Vishnou, on suppose que c’était pour faire la rime. Aujourd’hui, un tel texte serait attaqué pour négationnisme implicite. Pourtant, je me souviens que j’étais à l’époque très content de cette chanson et ma génération l’a accueillie avec soulagement. On avait le sentiment que l’on reconnaissait quelque chose implicitement même si cela restait très marginal.

 

NAM : Que faut-il en déduire ?

M.W : Que Jean Ferrat lui-même, en tant que Français communisant, et bien que de père juif avait intériorisé la minoration de la persécution des Juifs, alors même que son propre père est mort en camp d’extermination…."

 

Si je suis la logique de l'auteur (l'article date d'il y a 5 ans) il faudrait attaquer Wikipédia pour négationnisme puisque le site ne limite pas l'opération Nuit et brouillard à l'extermination des Juifs...

Le négationnisme, c'est pour moi la négation de la réalité du génocide des Juifs.

Par contre, ce que l'auteur de cet article odieux reproche à Ferrat c'est de ne pas donner le monopole de la soufrance aux Juifs. Le nazisme a cherché à faire disparaître ces ennemis : ceux qu'il définissait "génétiquement" (les Juifs et les Tziganes),  les handicapés, les homosexuels et ses opposants politiques, qu'ils soient communistes, socialistes, anarchistes ou autres.

 

Si une chose a bien changé entre le début des années 60 et aujourd'hui, ce n'est pas ce que dit l'auteur, mais bien qu'une poussée réactionnaire voudrait faire passer les Juifs pour les seules victimes du nazisme. Ce qui semblerait un peu excuser Ferrat aux yeux de l'auteur, c'est qu'il est juif et que son père a payé de sa vie.

Je savais que les attaques pour antisémitisme étaient régulièrement utilisées pour discriminer des intellectuels ou militants de gauche et d'extrême-gauche critiquant le capitalisme et la politique israëlienne (Pierre Bourdieu, Daniel Mermet, la LCR, entre autres en ont déjà fait les frais)

- écoutez à ce sujet l'intéressante émission de "Là-bas si j'y suis" sur "La Réaction philosémite" en cliquant sur le titre souligné -

Par contre je ne savais pas que l'accusation de négationnisme était aussi tendance. Quel naïf j'ai été ! Ce que tente de faire ce Meier Weintrater c'est au fond une manipulation idéologique dans l'air du temps.

Jean Ferrat a répondu à ce texte ignoble (sa réponse peut être lue sur le site quand le lien vers sa contribution est visible - il disparaît parfois !). Il a été bien sûr scandalisé par ce qu'on reprochait à sa chanson. Pourtant il ne semble pas relever à quel point ce type d'attaque est convenu ni à savoir d'où elle peut venir (il parle seulement de "psychiatrie").

 

Je vis dans une ville d'Allemagne où une fraction de l'extrême-gauche se dit "anti-allemande". C'est-à-dire qu'elle se fait une fierté d'être pro-israëlienne et manifeste  simultanément avec des slogans anti-capitalistes et des drapeaux d'Israël et des USA. Elle considère aussi que ceux qui critiquent Israël sont des antisémites. C'est tellement évident !

Ici l'histoire nationale (allemande) permet certainement davantage l'exploitation du sentiment de culpabilité pour tolérer le zèle pro-juif. Mais ce qu'il y a de commun avec l'attaque faite contre le texte de Ferrat c'est cette vogue droitère et manipulatrice qui voudrait à la fois faire des Juifs les uniques victimes du nazisme (et malheur à ceux qui prétendraient le contraire... même il y a 40 ans !) mais également rendre taboue toute critique d'Israël et de sa politique.

Je n'aime pas les raccourcis et encore moins quand ils sont aussi malhonnêtes.

A vomir !!!

Publié dans Coups de gueule

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

yael 18/02/2011 08:59



Ce qui est étonnant cher monsieur, c'est votre facon d'interpréter le commentaire de Meir weintrater. Tout d'abord les qualificatifs odieux et abominable que vous employez plusieurs fois
paraissent tt à fait déplacés. La critique du journaliste, quoiqu'elle vous fasse monter sur vos grands chevaux, s'entend. En effet, MW n'accuse pas Ferrat de négationnisme; il dit qu'AUJOURD'HUI
ce texte serait attaqué pour négationnisme implicite. Pourquoi aujourd'hui? parce qu'à l'époque les survivants Juifs se taisaient pour oublier l'horreur qu'ils avaient vécue et que le monde
ignorait l'ampleur des crimes commis -eh oui, ne vous en déplaise- contre les Juifs PRiNCIPALEMENT. Le texte du journaliste n'attaque pas la chanson de j Ferrat. C'est une remarque sur
l'évolution de la réception du génocide. Il note que les Juifs, à l'époque, étaient considérees comme des victimes au meme titre que les communistes et les résistants. Ce qui n'est plus le cas
aujourd'hui. Mais est-ce seulement ca qui vous dérange? Votre promptitude à prendre des raccourcis contredit semble-t-il vos aspirations...Quant aux chemins détournés que vous empruntez pour
arriver jusqu'à Israel, je vous assure que là vous pouviez faire plus court.  Shalom shalom.



Olivier 18/03/2010 20:40



Suite au décès de Jean Ferrat qui me touche beaucoup, je suis allé sur son site. Je suis tombé sur ce lien très énigmatique : « Nuit et brouillard" est-il négationniste ? »  tant la chanson est claire sur son intention de témoigner et de faire connaître l’horreur et la souffrance de tous les
déportés de la barbarie des nazis et de leurs complices  paitinistes et vichyste.


Mais lorsque j’ai ouvert ce lien j’ai compris alors ce propos.


IL faut rappeler immédiatement que jean Ferrat avec sa chanson Nuit et Brouillard est le seul chanteur de cette ampleur, ceci jusqu'à aujourd'hui, a avoir parlé de cette façon de cette barbarie
et cela très tôt alors que cette question était tabou à l’époque (notamment le pouvoir politique de De Gaule imposait le silence sur ce point pour des raisons diplomatiques avec l’Allemagne et
aussi parce que des collabos notoires au sang sur les mains faisaient parti de sa famille politique). Je pense que rien que pour cela il faut en remercier Ferrat.


Concernant cette affirmation : « Le seul moment où l’identité juive apparaît est dans Samuel et Jéhovah. » de Mr Meir Weintrater, je crois qu’il est grand temps d’arrêter de
faire de la comptabilité sur la souffrances. Ce n’est pas parce qu’une catégorie de personne a subit en plus grand nombre la souffrance liée aux atrocité de la déportation qu’elle est plus
légitime que les autres pour en parler ni quelle doit passer devant. Jean Ferrat ne minimise d’aucune façon la persécution des juifs car son propos n’est pas de mettre en ordre de valeur
l’Histoire mais de dénoncer cette persécution au même titre que les autres. Jean Ferras « bien que de père juif » a au contraire l’honnêteté et le courage, à l’opposé de beaucoup
d’autres, de prendre en considération toute souffrance humaine sans mettre aucune hiérarchie ni priorité. Il l’a fait tout au long de sa vie et de son œuvre, rendons lui hommage.


Mais peut-être, Mr Meir Weintrater fait-il partis de cette pensé paranoïaque qui fait dire a certains de nos jour qu’ Obama est antisémite ?